Beaucoup de plantes sont toxiques pour nos chiens mais aussi beaucoup de produits de consommation courante !!

 

 

 

petit rappel, pour nos animaux comme pour nos enfants, on met souvent les brin de muguet dans un verre, l'eau du verre est toxique !

CLIQUEZ SUR LE LIEN SOUS LA PHOTO

Le chocolat

 

 

Le chocolat contient une substance alcaloïde très mal tolérée pour les chiens : la théobromine (nous aussi nous la tolérons mal : les fameuses « crises de foie »…). Pour tuer un chien de 10 kg, il suffit (en moyenne ) de 100g de chocolat noir, soit une tablette!!! Et oui vous qui croyait faire plaisir à votre toutou en lui donnant un petit carré de temps en temps…

 

L’intoxication par le chocolat

 

La fréquence de cette intoxication du chien est plus importante lors des fêtes de fin d’année. Il existe aussi une augmentation des cas d’intoxication recensés par le Centre Antipoison Vétérinaire à Pâques. Cette intoxication se produit par exemple lorsque le chien consomme le contenu d’une boîte de chocolats noirs ou une plaquette de chocolat noir de cuisine.

 

La toxicité du chocolat

 

Vous êtes nombreux à donner de temps en temps un petit carré de chocolat à votre chien pour lui faire plaisir et sans que cela ne provoque d’intoxication.

Malheureusement le chocolat n’est pas bon pour les carnivores domestiques. Il contient en effet un alcaloïde, la théobromine, qui est toxique pour eux.

Le chocolat noir est plus riche en théobromine que le chocolat au lait ou la cacao en poudre. Le chocolat blanc par contre ne présente aucune toxicité.

Les races brachycéphales comme les bouledogues français, les bull-dog anglais, le boxer ou le carlin seraient plus sensibles à l’intoxication par le chocolat, probablement du fait de leur prédisposition aux problèmes cardiaques et respiratoires.

 

Les symptômes

 

Les premiers signes apparaissent souvent quelques heures après l’ingestion.

 

* Les symptômes digestifs :

 

La théobromine provoque chez le chien une irritation de l’estomac avec une augmentation de la sécrétion de sucs gastriques. Le chien peut alors présenter des troubles digestifs comme des vomissements ou de la diarrhée. A long terme, l’augmentation des sécrétions gastriques peut donner un ulcère de l’estomac.

Si le chien consomme une grande quantité de chocolat, la théobromine va passer dans le sang et les signes nerveux et cardiaques vont apparaître.

 

* Les symptômes nerveux :

 

Le chien est nerveux, agité et il peut présenter des tremblements. Dans les cas graves, le chien peut avoir des convulsions puis sombrer dans le coma et mourir.

 

* Les symptômes cardiaques :

 

La théobromine est responsable de troubles du rythme cardiaque de l’animal. Le chien peut présenter une accélération du rythme cardiaque (ou tachycardie) ou des contractions anormales du cœur appelées extra-systoles.

 

* Les autres symptômes :

 

Souvent le chien a une respiration plus rapide et halète. La théobromine a aussi une action diurétique. De ce fait, le chien boit plus et urine plus.

Lors d’une intoxication aigüe par ingestion d’une forte quantité de chocolat, la mort peut survenir en 6 à 24 heures.

Dans les cas d’intoxication chronique, pour un chien qui consomme du chocolat plusieurs jours de suite, l’animal peut présenter une insuffisance cardiaque progressive.

 

Le traitement

 

Il n’existe aucune antidote à la théobromine mais le vétérinaire pourra mettre en place un traitement symptômatique.

Si votre chien ingère une grande quantité de chocolat, il faut l’emmener en urgence chez votre vétérinaire qui pourra mettre en place le traitement adapté. La rapidité de la mise en place des soins influe sur le pronostic.

Si votre chien a consommé plusieurs jours de suite du chocolat, il est souhaitable de consulter le vétérinaire qui pourra vous dire si le cœur présente ou non des troubles. Le traitement va tenter de limiter l’absorption intestinale de la théobromine contenue dans le chocolat. C’est pourquoi votre chien doit aller voir le vétérinaire après l’ingestion du chocolat. Si les premiers signes nerveux sont apparus, votre vétérinaire pourra utiliser des médicaments pour limiter les convulsions.

La théobromine est difficilement éliminée par l’organisme du chien, ceci explique que la surveillance par le vétérinaire de l’animal intoxiqué est souvent longue.

 

La prévention

 

Lors des fêtes de fin d’année et de Pâques, vous devez être particulièrement vigilants. Votre chien ne doit pas avoir accès à des décorations en chocolat ou à des boîtes de chocolat oubliées par mégarde dans un coin. Vous devez également dire à vos invités et aux enfants de ne pas donner un petit chocolat à votre chien même s’il réclame.

Si plusieurs personnes donnent chacune l’équivalent d’un carré de chocolat noir à votre chien, ce dernier risque fort d’être malade.

Si vous préparez vous-même des desserts au chocolat, il ne faut pas que votre chien puisse les manger en votre absence.

 

Pour son repas de Noël, offrez à votre loulou un sac de panse séchée. Vous allez devoir vous boucher le nez, mais il va se régaler, et en plus, c’est bourré de bon nutriments.

 

La pomme de terre

 

Une pomme de terre peut s’avérer toxique pour un chien tout comme elle peut l’être pour un humain dans le seul cas où elle est consommée crues ou lorsqu’elles présentent trop de germe ou encore qu’elle soit de couleur verte.

La pomme de terre peut devenir dangereuse pour l’organisme de l’animal dans ces cas car elle contient un alcaloïde toxique. En revanche, il est conseillé de donner de temps en temps des pommes de terre très bien cuites à un chien car il s’agit d’un excellent complément alimentaire nutritif et digeste.

 

Les oignons et les poireaux

 

 

Ces deux aliments très utilisés sont toxiques pour les chiens à cause des hétérosides cardiotoniques qu’ils contiennent. Faites donc attention aux restes de plats que vous donnez à vos chien…

 

 

 

Le laurier rose et le laurier cerise

 

Les fougères

 

La nicotine (attention aux cendriers qui traînent!!)

 

 

La nicotine provoque des intoxications avec des symptômes nerveux (tremblements, convulsions…) chez les chiens qui parviennent à nettoyer les cendriers… Pour ceux qui respire en plus de la fumée de cigarettes, c’est le même problème que chez l’homme : poumons noircis, difficultés respiratoires etc.

 

 

Les détergents et autres produits ménagers

 

-javel, soude, acide chlorhydrique etc : ces produits sont extrêmement dangereux! Ils ne doivent pas traîner n’importe où! Un chien qui en avale a de forts risques de ne pas s’en remettre. Ces produits font des « trous » (ulcères souvent perforants) dans la bouche, l’oesophage, l’estomac ou l’intestin. Ne jamais faire vomir un chien qui a avalé de ces produits, ce serait encore pire!!

 

 

-savon, lessive, produit vaisselle etc : ces produits sont moins dangereux que les précédents. Le problème c’est qu’ils font des bulles! Si votre chien vient de manger un savon, surtout ne le faites pas boire, sinon le savon va mousser dans son estomac…

 

 

L’antigel (éthylène glycol)

 

 

Ce produit est très dangereux car il détruit les reins de façon irréversible (par précipitation de cristaux)… Ne laisser donc pas ce produit à portée de gueule… (l’antidote est l’éthanol)

 

 

Les raticides, les insecticides

 

 

Il y en a plusieurs types : des anticoagulants, des convulsivants… qui sont plus ou moins dangereux et agissent plus ou moins vite. Les anticoagulants agissent avec un certain délai (2 à 3 semaines), c’est pas toujours facile à repérer mais c’est dangereux à long terme. Les convulsivant sont souvent actifs immédiatement, ils provoquent des convulsions, tremblements, raideur musculaire, voire la mort. Moralité : faites attention à ne pas laisser les « mort aux rats » à portée de chien, et éviter de balader votre chien dans une herbe fraîchement passée à l’insecticide!!

 

 

Le paracétamol (Doliprane® par exemple)

 

 

Le paracétamol est très mal détruit par l’organisme, ce qui fait qu’il reste actif beaucoup plus longtemps. Et il fait des dégâts : il empêche le fonctionnement des globules rouges, les détruit. Le chien se retrouve très anémié et selon la dose de paracétamol qu’il a reçu il n’a pas assez de globules rouges pour vivre, il faut alors le transfuser!! Ne donner donc jamais de paracétamol à votre chien si vous le trouvez pas bien, préférez l’aspirine qui ne pose pas ce problème. Le paracétamol est encore plus toxique pour les chats.

 

 

Les chenilles processionnaires :

 

 

Ces chenilles se trouvent dans les pins, sur le pourtour méditerranéen, au printemps. Elles possèdent de nombreux poils urticants qui possèdent une toxine qui provoque la libération de l’histamine. Si votre toutou lèche ces sales bestioles, les poils urticants se piquent dans sa langue, libère l’histamine et immédiatement, votre toutou va avoir très mal, va baver, sa langue va gonfler et s’ulcérer voire nécroser. Direction véto!!!! En attendant vous pouvez passer (sans frotter) des compresses humides sur la langue, essayer de retirer les poils (surtout ne pas les casser!!) Attention, ceci peut être mortel!!!

 

 

Les crapauds :

 

 

Les crapauds possèdent des glandes à venin situées en arrière de la tête. Si votre chien mordille un crapaud, le venin va immédiatement faire baver, ralentir le coeur, faire des douleurs abdominales, des tremblements, des convulsions… Il faut bien rincer la gueule du chien et aller voir un véto. Le pronostic est réservé.

 

 

 

Le gène MRD1 chez les Colleys, bergers australiens : sensibilité à l’ivermectine

 

 

Certains colleys et bergers australiens sont sensibles à certaines molécules utilisés pour traiter diverses maladies dont l’ivermectine (antiparasitaire). Cette sensibilité est due à une accumulation anormale de la molécule dans le cerveau. Elle provoque alors pertes d’équilibre, prostration, pupille dilatée, amaurose (l’oeil ne voit plus), hypersalivation, tremblements, coma et mort. Il n’y a alors aucun traitement pour le chien intoxiqué!! La dose toxique d’ivermectine est le quart de la dose utilisée pour traitement.

 

Ce phénomène est du à un gène nommé MDR1. Il existe un allèle muté qui provoque l’entrée de l’ivermectine dans le cerveau. Le chien est sensible si il est possède les deux allèles mutés pour ce gène MDR1 (homozygote). Cette sensibilité se transmet donc génétiquement!!! Il existe maintenant des tests de dépistage afin de savoir le statut de son chien.

 

Les chiens sensibles à l’ivermectine sont sensibles en même temps à d’autres molécules d’utilisation courante : lopéramide (anti-diarrhéique), anti-histaminiques de type H2 (cimétidine, ranitidine), anti-vomitifs (dompéridone), cardiotoniques (digoxine, digitoxine, quinidine), immunodépresseurs (ciclosporine), anticancéreux (doxorubicine, vincristine, vinblastine, mitoxatrone), corticoïdes (dexaméthasone), antibiotiques (érythromycine), la morphine, la doramectine, moxidectine, l’abamectine. La liste est longue et les molécules citées sont souvent utilisées par les vétérinaires… (d’où l’intérêt du dépistage). Si votre chien est potentiellement sensibles (colleys, berger australien…), un petit rappel au véto ne fera pas de mal…

 

 

 

 

 

Tout propriétaire de chien sait que nos amis à quatre pattes sont passé maître dans l’art de se foutre n’importe quoi à la gueule

 

 

Conduite à tenir face à une suspicion d’intoxication

 

- d’abord ne pas s’affoler ! recherchez immédiatement le nom du toxique si vous l’avez sous la main.- téléphonez à votre vétérinaire et lui apporter l’animal et le produit en cause dans les plus brefs délais:

il jugera de l’opportunité de faire vomir votre chien et mettra en oeuvre rapidement le traitement approprié.- le pronostic d’une intoxication est toujours a priori réservé car l’évolution est souvent incertaine et les doses effectivement ingérées souvent inconnues.

 

 

La malveillance

 

N’est pas aussi rare que l’on voudrait bien le croire…. si vous n’avez aucun élément de preuve il sera difficile d’aller plus loin. Renseignez vous auprès des vétérinaires du secteur pour savoir si votre lieu de résidence fait l’objet d’un empoisonneur « fou ». Si vous avez des éléments de preuve, faites faire un constat par un vétérinaire avec prélèvements , autopsie si nécessaire et compte rendu que vous joindrez à votre plainte auprès de la police. Prévenez également les associations de défense animale qui ont pour certaines les moyens juridiques de se faire entendre.